Section voyage afrique qui contient des articles Sur les différent voyages et safari sur mesure en Afrique .

Économiser en vacances sous les tropiques, c’est possible !

En vacances sous les tropiques, faites comme chez vous… loin de chez vous.

 

Quelle que soit la période de l’année, partir sous les tropiques est un rêve pour beaucoup d’entre nous. Mais, n’allons pas nous leurrer, de telles vacances, inoubliables et lointaines, auront également un coût… peu alléchant. Alors pour économiser, voici le bon plan qu’on a tendance à oublier : la location de gîtes et de villas.

110

En effet, s’il est possible de faire quelques économies sur le prix du billet d’avion, c’est généralement les tarifs des hôtels qui coupent le souffle. Ces belles îles étant des lieux hautement touristiques pour la plupart, on se retrouve vite à payer un petit millier d’euros une courte semaine pour deux personnes. Alors si vous pensiez partir avec les enfants en plus, autant avoir de grosses économies de côté pour votre voyage en Martinique, en Guadeloupe ou tout autre destination tropicale. D’autant plus que cela vous forcerait peut-être à vous priver de quelques activités locales qu’il serait vraiment dommage de rater. On ne part pas tous les jours sous les tropiques, après tout !

 

[mgl_gmap lat = “14.670170580599088” long = “-60.9843485605469” zoom = “10” skin = “roadmap” ][/mgl_gmap]

 

Mais qu’en est-il des autres moyens de passer ses vacances dans un havre de paix, sans se ruiner ?

Eh bien, c’est peut-être plus simple qu’il n’y paraît. Car au lieu de réserver une chambre d’hôtel, vous pouvez tout à fait opter pour la location d’une villa à l’Île Maurice ou en Guadeloupe, à Saint Martin, ou encore sur l’Île de la Réunion. Les destinations sont vastes et le choix de locations aussi ! Vous en trouverez pour tous les goûts : tailles de logement variables (de la petite maison à l’immense villa) en fonction de vos besoins, fourchettes de prix très larges selon le type d’habitation que vous choisirez (proche du centre-ville ou d’une station balnéaire, piscine privée ou non, vue sur la mer, etc.).

 

S’il est possible de se faire plaisir en louant un véritable petit palace privé (parfois même avec majordomes !), il est également indéniable que vous ferez de belles économies sur la location de votre villa de vacances. Vous pourrez trouver des petits bijoux de calme et de beauté pour moins de 2000 euros … pour le mois !

Mon voyage a fés : Maroc

  • Ce n’est pas la première fois que je séjourne au Maroc, mais ce pays me fascine toujours autant. Je sais, j’adore la cuisine marocaine, mais ce n’est pas tout.  Les odeurs, les couleurs et bien d’autres encore font de cette destination l’une de mes préférées. Même si je me plais à Marrakech, j’essaye quand même de découvrir d’autres villes autant que possible.

 

  • La dernière en date est Fès. Pourquoi cette ville parmi tant d’autres me demanderiez-vous ? Et bien tout simplement parce que des quatre villes impériales marocaines, Fès est la plus ancienne. Je savais que j’allais en avoir plein les yeux côté monuments durant ce voyage au maroc.

[mgl_gmap lat = “34.03191040945358” long = “-5.000085830688478” zoom = “13” skin = “cartoon” ][/mgl_gmap]

  • Le soleil était bien évidement au rendez-vous. Donc, il faisait très chaud. Mais cela ne m’a pas empêché d’aller à la découverte des souks, des fontaines, des fondouks, des médersas et bien d’autres encore.  D’ailleurs, j’ai adoré me perdre à travers les rues étroites de la médina. On m’a dit que cette dernière est classée patrimoine mondial de l’Unesco.

 

  • Je me souviens que je suis passé devant la mosquée Karaouiyine. Et puis, des artisans ne se trouvaient pas très loin. D’ailleurs, j’ai ramené pas mal d’objets souvenirs cette fois-ci, entre autres des sacs en cuir et des babouches. On m’a aussi conseillé le souk des tanneurs. Mais je me suis contenté d’admirer et de prendre des photos.

 

  • Et comment passer à côté des bons petits plats marocains, n’est ce pas ? Je me suis régalé de couscous et de tajines. Figurez-vous que je suis devenu un adepte du thé à la menthe ! Je m’étonne moi-même.

la Casbah d’Alger

  • Alger, avant d’être la capitale de l’Algérie, est un immense port qui a longtemps été la préférence des pirates les plus redoutables de la mer méditerranée et de marins venus de tous les coins du monde pour s’y établir.

[mgl_gmap lat = “36.7495859892127” long = “3.037413142822305” zoom = “13” skin = “roadmap” ][/mgl_gmap]

  • En fait, il faut avouer que je n’ai jamais attribué le qualificatif de nation à ce pays, car ce fut, durant l’histoire, une sorte de cité de transit pour plusieurs empires, mais en même temps, je cherchais à déceler les merveilles que peut contenir une capitale aussi chargée en histoire.

 

  • Trouver un hôtel est la première des choses à laquelle j’ai pensé après mon arrivé à l’aéroport d’Alger, car ce secteur n’est pas très reluisant d’après ce que l’on m’a raconté. En fait, je voulais savoir si vraiment les hôtels sont insalubres et manquaient affreusement d’hygiène.

 

Le Sofitel Algiers Hamma Garden ne m’a pas trop déçu car il est assez agréablement raffiné et je m’y suis plu sincèrement.

 

  • Le lendemain, il me fallait absolument aller me perdre dans le plus vieux quartier d’Alger, celui de la Casbah, où les plus vieilles maisons et les plus beaux palais de l’ère coloniale demeurent une empreinte indélébile d’un passé tourmenté. C’est d’ailleurs un quartier qui est magnifiquement blanc, car tout y est en blanc pur et clair, ce qui est agréable à l’oeil. La Casbah est en fait située à 120 m au-delà de la ville d’Alger où romains et aussi Ottoman se sont installés depuis plus d’un siècle.

 

L’un des magnifiques repères culturels dans la ville d’Alger est le musée national du Bardo où j’ai pu, pour la première fois, apercevoir plus d’une preuve archéologique de l’occupation de ce territoire algérois durant l’Histoire.

  • Dernier conseil : faites attention à ne pas vous balader avec de l’argent liquide plein les poches et vos papiers, car des petits bandits ne guettent que l’occasion pour s’en emparer !

Botswana

  • L’Afrique est un continent qui regorge de fortunes innombrables. Chaque voyage dans ce gigantesque territoire sauvage me permet de vivre d’extraordinaires aventures. Nombreux sont les magnifiques pays que j’y ai déjà visité, entre autres la Zambie, l’Afrique du Sud et récemment le Botswana.

    Je suis entré dans le pays depuis l’aéroport international de Gaborone. J’en ai profité un peu pour faire le tour de cette capitale botswanaise. J’ai notamment pu apercevoir la cathédrale du Christ-Roi et le Musée national. Je suis vite allé du côté des grandes chutes de Victoria. Elles offrent des moments spectaculaires. J’y ai fait un saut à l’élastique et c’était vraiment formidable.


 

  • Grands prédateurs

 

  • Après un petit trajet en voiture, j’ai pris le bateau pour aller à Kasane. C’est une ville qui se situe juste à côté de la porte du parc national de Chobe. Dans ce parc, j’ai réalisé ma plus grande aventure safari Botswana. J’y ai pu voir des animaux féroces tels que des lions et des hyènes. Lors d’une petite croisière sur la rivière de Chobe, j’ai remarqué des troupeaux d’éléphants, des buffles ainsi que des hippopotames.

 


  •  Sans frontière

  • A part les activités safaris, j’ai aussi effectué une partie de pêche et une visite d’une ferme de crocodiles. Puis, j’ai pris un vol à destination de Khwai. J’y ai fait un magnifique safari au cours duquel j’ai pu contempler, encore une fois, des animaux sauvages.

 

  • Les zèbres et les gnous qui courent dans tous les sens sur de grands espaces sont tout simplement fascinants. J’y ai fait aussi un safari nocturne afin d’apercevoir d’autres animaux qui ne sortent que la nuit.

  • Le delta de l’Okavango

 

  • J’ai terminé mon escapade dans la région du delta de l’Okavango. Pour arriver jusqu’à mon campement, j’ai dû prendre une pirogue. Sur le trajet, j’ai déjà commencé à admirer les animaux au bord de la rivière.

 

  • J’y ai aussi rencontré les Big Five lors d’un petit safari. Mais j’ai aussi effectué d’autres activités comme l’observation des oiseaux.

 

[mgl_gmap address = “Botswana” lat = “-22.328474” long = “24.684866000000056” zoom = “7” skin = “roadmap” ][/mgl_gmap]

Séjourner dans un riad à Marrakech

  • Marrakech est devenue une destination de plus en plus populaire ces dernières années, et c’est la Médina de Marrakech, surtout, qu’elle lui donne de l’exotisme.

Qu’est-ce que signifie Medina?

  • La Medina est un ancien mot araméen qui signifie ville, et à Marrakech, il désigne tout simplement la partie la plus ancienne de la ville.

 

  • C’est un dédale de petites ruelles, des souks (marchés) et des places, avec des magasins, des maisons, des mosquées et des hammams bondés.

 

  • Donc, si vous voulez avoir une expérience authentique lorsque vous serez en vacances à Marrakech, dans la partie la plus atmosphérique de la ville, un riad dans la médina de Marrakech est le meilleur endroit pour rester.

 

  • Rester dans la médina de Marrakech? Méfiez-vous des faux avis!
    Toutefois, avant de choisir un riad ou autre, vous devez garder à l’esprit que ces hôtels et chambres d’hôtes, appelés riads ou Riads au Maroc, diffèrent d’hôtels réguliers sur quelques points importants.

 

 

  • D’abord, ils sont souvent cachés dans les ruelles sombres, où l’éclairage n’est souvent pas la meilleure, donc pour les voyageurs nerveux, ils peuvent sembler intimidants.

 

  • Deuxièmement, ils sont tous dans des bâtiments anciens convertis, de sorte que la construction sera traditionnelle, les installations électriques et pas jusqu’à la norme d’hôtels occidentaux, et les raccords pas aussi lisse.

 

  • C’est pourquoi il est assez important que vous devez choisir un riad de bonne réputation si vous êtes dans la médina de Marrakech, car étant dans ces vieux bâtiments, il est doublement important que la réglementation incendie et des aspects de sécurité ont été respectés.

 

  • Si tout cela semble difficile, il ya beaucoup d’hôtels quatre et cinq étoiles avec tout le confort moderne dans la nouvelle ville, juste à l’extérieur de la médina. Vous pouvez rester dans le confort, et la découverte de la vieille ville et les souks par jour. Mais si vous voulez vivre une expérience unique, un riad est le bon choix !

Pour Autres Articles Sur MaRRAkech visiter :  QUAD MARRAKECH

 

Mon Safari En Afrique du Sud

  • Si vous recherchez la diversité de la faune et de la flore dans un pays qui se prète facilement aux excursions les plus excitantes, je vous conseillerais l’Afrique du Sud, le lieu le plus approprié à un Safari inoubliable qui vous fera découvrir des paysages magnifiques, teintés d’exotisme et de magie, bref, à ne pas rater !

 

  • Le mien était vraiment exceptionnel, car je l’avais payé cher et je me suis retrouvé dans une pickup au milieu de la savane sud-africaine, à la découverte d’une faune extrêmement protégée, et aussi d’une diversité d’espèces impressionnantes. Le problème, ce n’est pas la richesse d’une visite aussi agréable, mais la peur de chaque instant, en croisant le regard d’un éléphant ou d’un fauve plus ou moins excité par exemple…

 

[mgl_gmap lat = “-30.40799851175747” long = “29.617193499999964” zoom = “5” skin = “cartoon” ][/mgl_gmap]

  • Entre nous, je me tenais prêt à prendre la fuite à n’importe quel instant, et je n’avais aucune confiance en notre guide qui ne cessait pas de nous rassurer tellement il avait aussi peur !
    L’Afrique du Sud est bien connue pour l’abondance de ses parcs nationaux et de ses réserves naturelles éblouissantes, et c’est la raison pour laquelle un Safari Afrique du Sud est la meilleure idée pour profiter du pays et aussi du paysage.

 

  • Outre la faune et la flore, il faut souligner le caractère montagneux de ce pays d’Afrique australe, tellement il y avait tout autour de magnifiques montagnes, ainsi que d’immenses vignobles dont j’ai goûté la production !

 

  • En Afrique du Sud, l’effet de l’érosion est une touche artistique qui a adorablement sculpté les vallées du Sud du pays, l’endroit aussi où l’on retrouve les cours d’eau se trouvant près des célèbres falaises rouges et jaunes qui font la réputation du pays.

 

  • Si vous vous voulez découvrir l’Afrique du Sud dans son intimité la plus authentique, seul un safari digne de ce nom vous comblera parfaitement.

Voyager à Madagascar une destination de rêve

Voyager à Madagascar

 

  • Quand on parle de voyager dans l’Océan Indien, un ensemble de destinations aussi féériques les unes que les autres vient à l’esprit : Les Seychelles, Maurice, La Réunion ou Mayotte. Il semblerait qu’il s’agisse d’une région touristique de prédilection. Madagascar, la plus grande de ces îles ferait-il exception à cette règle?

 

  • Madagascar et les îles suscitées ont été formés à partir de la dislocation de l’ancien continent initial de Gondwana. C’est ainsi que la flore et la faune de ces îles ont évolué en vase clos, en l’absence de tout contact avec les autres parties du monde. Pour Madagascar, l’isolement est renforcé par l’existence de climats aussi divers que cléments. Le concours de ces conditions a abouti à l’apparition et/ou à la conservation d’espèces endémiques. La faune Malgache présente ainsi une endémicité très élevée. A titre indicatif, on peut dire par exemple que les reptiles, pas même les serpents, ne sont venimeux. D’autre part, ne cherchez pas non plus les grands animaux des steppes et savanes comme le lion, l’hippopotame ou autre éléphant; Il n’y en a pas. Par contre, les Primates sont représentés par les plus proches parents de l’homme : les lémuriens. Ils sont très diversifiés et 80 % sont endémiques.

 

  • Voyager dans une destination à flore majoritairement endémique, très riche et très diversifiée Encore plus que pour la faune, la flore a échappé à toute influence externe, l’endémicité est donc plus élevée. Une famille entière de végétaux, celle des moracées, ne se rencontre qu’à Madagascar. S’il faut donner un autre exemple, citons le cas des baobabs où 78% des variétés rencontrées sont propres à Madagascar. L’endémicité est telle qu’un éminent Chercheur, le Professeur Rakoto – Ratsimamanga qui a créé un Institut de Recherche sur les plantes médicinales. Les résultats obtenus sont prometteurs. C’est ainsi par exemple qu’un médicament pour le traitement du cancer a été mis au point à partir de la Pervenche. Cette faune et cette flore sont réparties selon le climat, donc du milieu naturel

 

Voyager dans un milieu naturel unique

 

  • Madagascar, une île de l’Océan Indien, est séparée de l’Afrique sur 560 Km par le Canal de Mozambique. De forme allongée dans le sens Nord – Sud, l’île a 1.600 Km de longueur et 500Km de largeur. Madagascar vous permet de voyager sur une superficie de 587.000 Km² tout en vous fournissant un choix sur ses 5.000 Km de côtes dont la majorité est constituée par des plages où vous serez seul dans la majorité des cas. En fait avec ses 18 millions d’habitants, la densité de population est de 30 habitants au Km². L’île est encore relativement peu peuplée. Cette immensité qui vous est offerte a valu à Madagascar le qualificatif de l’”ILE CONTINENT”. En effet, abstraction faite du Continent australien, Madagascar constitue, de loin, la plus grande île de l’Océan Indien. L’épine dorsale, formée par un socle cristallin lui servant d’ossature, délimite quatre unités biens distinctes .

 

  • Lors de votre voyage à Madagascar vous visiterez la Côte Est, la Côte au vent humide est recouverte par des forêts sempervirentes dont les feuilles des arbres sont permanentes. Cette partie longe la côte par sa partie orientale et est séparée des Hautes Terres par des champs de failles qui parcourent l’Ile du Nord au Sud (Dans les régions de Beforona et d’Ifanadiana). Ces champs de failles se prêteraient particulièrement à la pratique du pare à pente, une activité encore peu pratiquée à Madagascar. En continuant vers l’est, on peut atteindre le canal des Pangalana : canal résultant de la jonction de plusieurs lagunes distantes de 5 à 10 Km.

[mgl_gmap lat = “-20.402294531660353” long = “48.25338434374999” zoom = “6” skin = “roadmap” ][/mgl_gmap]

  • Ce canal permet de voyager le long de la côte, de Mananjary jusqu’à Toamasina, en passant par Ambila et Vatomandry, sites touristiques encore mal exploités mais qui font le renom de l’Est malgache. La côte elle-même est farcie de sites aussi fascinants les uns que les autres. Les destinations les plus recommandées, en allant du Nord au Sud seraient les suivants : Au Nord, au niveau du Cap Masoala, ou la réserve du même nom. Situé dans une région à climat tropical, la réserve est très arrosée puisque les précipitations peuvent y atteindre 5mètres par an. On a une forêt luxuriante restée à l’état primaire, où l’action destructrice de l’homme ne se fait encore sentir. L’intérêt représenté par le site est si important, tant sur le plan touristique que sur le plan scientifique, que l’Allemagne a cru bien faire en créant sa réplique chez eux. L’île de Sainte Marie vous ouvre alors ses seins. Ile si féérique que les pirates et autres flibustiers datant l’ont adoptée comme repère. Outre les charmes qu’elle partage avec les autres destinations de l’Océan Indien, l’endroit représente le lieu de prédilection pour la reproduction des baleines à bosse. Viennent ensuite Fenerive Est et Foulpointe, lieux de villégiature comme la plupart des destinations Océan indiennes. Nous terminerons ce survol succinct des merveilles de l’Est malgache par Tamatave ou Toamasina. Premier port de Madagascar, Tamatave est le capital de cette région. Elle forme, même du temps de la colonisation, la porte d’entrée de Madagascar. C’est ainsi qu’on y trouve par exemple le premier Fort de Madagascar : le Fort Radama. De même, c’est à Tamatave qu’on a les premiers églises et temples, primeurs “christianisation” de Madagascar.

 

  • Les Hautes Terres où l’on peut spécifier deux saisons bien distinctes : chaude et humide du mois d’octobre au mois de mars, fraîche et sèche du mois d’avril au mois de septembre. Cette seconde saison peut être particulièrement froide avec des températures avoisinant parfois 0°C. On distingue deux formations montagneuses, celles de l’Ankaratra et de l’Andringitra et au Nord , l’Alaotra. Avec son lac très poissonneux, la région forme le premier grenier à riz de Madagascar. Vient ensuite la Région Administrative d’Analamanga. Avec Antananarivo, la capitale de Madagascar, on a différents endroits historiques, comme les douze monts sacrés ou le Palais de la Reine. Finalement, le Pays Betsileo s’offre à nous, avec ses rizières en terrasses et ses vignobles, premiers balbutiements de la viniculture malgache.

 

  • Les formations de la Côte Ouest sont adossées au socle cristallin qui descend progressivement, en faible pente des Hautes Terres vers la mer. Aux environs de la côte, le socle est recouvert par des alluvions formant une frange de vallée côtière encore appelée “baiboho”. Il s’agit de sols à limon particulièrement fertiles. L’alimentation hydrique des cultures est assurée par la remonté capillaire de la nappe phréatique. Le climat dominé par la sécheresse est favorable à l’installation de forêts caducifoliées (arbres à feuilles caduques). Citons la forêt d’Ankarafantsika dans la région de Mahajanga et celle des Mikéa au Nord de Toliary. Le socle cristallin subit un mouvement de surrection dont la résultante est le soulèvement des alluvions, et par conséquent le départ des eaux de la mer (régression marine) Les formations ainsi mises à nues sont à l’origine de la genèse de formations spéciales Comme les “TSINGY DU BEMARA” ou la “TABLE DE TOLIARA” il s’agit d’anciens bancs calcaires qui ont été soumis à l’action plus ou mois différentielle de agents de l’érosion. On peut également citer les “MASSIFS RUINIFORMES DE L’ISALO”; Il s’agit de grès d’origine sableuse (donc des formations continentales) qui ont été reprises par les érosions

 

  • Le Grand Sud Malgache, limité au Nord par le Tropique du Capricorne. Le sol a surtout une texture sableuse. Il s’agit de formations peu stables qui se prêtent aisément aux agents érosifs qui sont particulièrement agressifs dans cette région à cause de la rareté des pluies et de la présence de vents particulièrement fortes notamment les “TSIOKA ATSIMO”. On aboutit alors à un climat subaride, occasionnant l’installation d’une végétation appelée “BUSH XEROPHYLE” formée essentiellement par les plantes grasses et les épineux. A titre indicatif, le terme « ROY » à l’origine du terme “TANDROY” désignant la peuplade de cette région, signifie épine. De par l’insuffisance des précipitations et l’insuffisance des infrastructures d’arrosage, le problème qui sévit dans cette région, est la famine, connue sous le terme de “KERE”. La culture du sisal y est pratiquée à l’échelle industrielle. On rencontre également l’exploitation de gîtes minéraux tels que le mica brune (la Phlogopite) dans la région de Beraketa (Mine d’Apandradava). D’autre part, l’exploitation du charbon de terre (houille) de la Sakoa est actuellement en veilleuse.

 

 

 

  • Finalement, le QMM est en train de mettre en place l’exploitation de l’ilménite de la région de Fort – Dauphin
    Nous avons essayé de vous faire voyager à travers ce texte les destinations de rêve de Madagascar. Nous sommes sûrs que vous voulez en savoir davantage. Il est illusoire de vouloir connaître en mille mots un pays aussi vaste. Un avant goût a toutefois été lancé, dans l’espoir de vous voir très prochainement. Faites ce voyage. Nous vous le conseillons suivant les quatre itinéraires que nous avons présentés vous ne le regretterez pas car Comme dirait Lamartine : « La Nature est là qui t’invite et qui t’aime. Plonge-toi dans son sein qu’elle t’ouvre toujours. »